Parcours chirurgical

Ce parcours s'adresse aux patients présentant un BMI supérieur à 40

Avec un BMI entre 35 et 40, une chirurgie de l'obésité peut s'envisager si l'obésité est associée à un problème de santé reconnu (diabète, hypertension artérielle traitée et résistant à la prise de 3 médicaments différents, syndrome d'apnée du sommeil)

Il s'adresse aussi aux patients ayant déjà été opérés précédemment mais gardant un BMI supérieur à 35

Lors d'un premier rendez-vous, nous discutons de vous, de vos habitudes, de votre façon de vivre, de votre santé en général. Vous êtes la-le bienvenu(e) accompagné(e) ou seul(e). Nous parlons des possibilités de pouvoir vous aider en fonction de ce que vous recherchez.

Nous répondons à vos questions et nous envisageons ensemble, si vous le souhaitez, différents examens qui pourront aiguiller le choix que nous ferons ensemble. Vous serez acteur des décisions qui seront prises : cela vous concerne, votre santé, votre corps, votre moral et ces décisions impliquent un changement à long terme, pour le reste de votre vie. Nous vous expliquons les différentes opérations envisageables si cela est indiqué.

Après les différents examens (consultation de l'endocrinologue, de la diététicienne, bilan psychologique, et d'autres examens en fonction de vos caractéristiques propres) nous faisons le point ensemble. Nous voyons si nous envisageons une prise en charge médicale (c'est à dire pas d'opération pour le moment mais un accompagnement par une équipe médicale ou une opération encadrée par un suivi médical (reprise d'une activité physique, conseils diététiques). En cas d'opération envisagée, nous revoyons ensemble quelle est l'intervention de choix dans votre cas, aussi par rapport à vos attentes.

En cas de choix d'intervention, nous définissons ensemble la date de celle-ci et prévoyons une consultation d'anesthésie au préalable.

L’estomac est divisé et la plus grande partie de celui-ci est retirée sans que le parcours des aliments ne soit modifié. L’estomac a donc un volume beaucoup moins important et lorsqu’il est rempli d’aliments en petite quantité, la sensation de faim disparait.

Cette opération se réalise par petites incisions en travaillant à l’aide d’une caméra (laparoscopie).

 

Un anneau est placé autour de l’estomac. Cet anneau peut être resserré progressivement en injectant du sérum physiologique par un petit boitier situé sous la peau qui est connecté à l’anneau. Cela fonctionne comme un sablier : les aliments arrivent dans l’estomac au-dessus de l’anneau et leur passage dans le reste de l’estomac est ralenti. Quand l’estomac au-dessus de l’anneau est rempli, la sensation de faim disparait.

Cette opération se réalise par petites incisions en travaillant à l’aide d’une caméra (laparoscopie).

 

L’estomac est séparé en une petite poche au-dessus et une grande poche en dessous. La petite poche du dessus est connectée directement au petit intestin, réalisant un court-circuit de toute une portion du système digestif .La digestion commence donc plus bas, là où les aliments arrivent au contact des sécrétions digestives. Quand la petite poche est remplie, la sensation de faim disparait. De plus les aliments (et donc entre-autre les graisses et les sucres) sont moins réabsorbés par l’effet court-circuit.

Cette opération se réalise par petites incisions en travaillant à l’aide d’une caméra (laparoscopie).

 

Votre hospitalisation


Vous arrivez dans le service la veille de l'intervention ou le jour même, dans ce cas, bien à jeun. La durée de l'intervention est variable selon le type d'intervention. Nous en parlons lors des consultations pré-opératoires.

Après l'intervention et surveillance en salle de réveil, vous retournez dans votre chambre ou dans une unité de surveillance intensive si cela est nécessaire.

Le lendemain de l'intervention, un examen est fait en radiologie où le radiologue vous demande de boire un liquide anisé blanchâtre qui est visible sur les radios pour contrôler que ce produit passe bien sans problème.

Ensuite vous serez déjà stimulé par nos kinés et nos infirmières pour vous lever, vous asseoir et commencer à marcher car rester immobilisé au lit peut favoriser une phlébite (caillot qui se forme dans une veine) et d'autres complications.

S'il n'y a pas de problème, Vous commencerez une alimentation liquide et une diététicienne passera vous donner les conseils pour les semaines qui suivent l'hospitalisation. Le but étant de pouvoir à nouveau manger tout (évidemment pas au début mais progressivement) mais en petite quantité (vous ressentirez une satiété rapide), sans forcer, en mâchant bien et lentement.

Attention, il n'y a aucune intervention sans risque. Même si celui-ci est minime, il sera évoqué avec vous, de même que les traitements qui sont mis en place le cas échéant. Ce risque est propre à chaque intervention. Nous devons toujours considérer la balance bénéfice-risque et nous le ferons ensemble. Les forums internet peuvent laisser la parole à des personnes qui se plaignent de problèmes qu'ils ont présentés personnellement ou dans leur entourage. Cela peut être des situations très pénibles, très difficiles à supporter pour ces patients, leur entourage et les soignants qui les entourent. Nous ne pourrons jamais garantir qu'aucune complication ne surviendra mais nous pouvons garantir que nous mettons tout en œuvre pour limiter ce risque au maximum. L'équipe des soignants de la Clinique Saint-Luc de Bouge (médecins, infirmières, kiné, diététiciennes) a une longue expérience dans la prise en charge des patients opérés pour obésité majeure.

Après l'hospitalisation


Les clés d'une perte de poids stable dans le temps sont :

  • ne pas forcer (c'est-à-dire ne pas manger au delà de la satiété)
  • manger lentement en mâchant bien (pas de gros morceaux)
  • reprendre une activité physique régulière : cela se fait progressivement, avec l'aide de notre équipe de médecine physique ( Dr Nonclercq et le kiné Carlos Van Cleve ) et cela peut être débuté déjà avant l'intervention par un programme adapté à vous dans notre salle de sport

Un supplément de vitamine sera prévu pour éviter les carences.

Un suivi régulier sera mis en place. Vous reverrez le chirurgien, l'endocrinologue, la diététicienne et d'autres spécialistes au besoin. Ce suivi sera mis en place sur le long terme avec, au minimum, une prise de sang tous les ans pour vérifier l'absence de carence.

Petit à petit, au fur et à mesure de la perte de poids, vous ressentirez une plus grande facilité pour vous déplacer, une fatigue et un essoufflement moindre. Si vous preniez un traitement contre le diabète ou pour diminuer votre tension, celui-ci pourra rapidement être diminuer avec l'aide de votre médecin-traitant car votre taux de sucre et votre tension vont s'améliorer rapidement après la chirurgie. L'apnée du sommeil est aussi améliorée, vos douleurs articulaires diminuent et votre cholestérol aussi. C'est tout votre organisme qui retrouve la forme à mesure que vous changez de forme et ça, c'est bon pour le moral !

Parmi les changements d'apparence, il peut arriver que votre peau n'arrive pas à suivre… dans ce cas, nous vous proposerons de consulter le Dr Bienfait ou le Dr Blairvacq qui sont spécialisés dans la chirurgie réparatrice.

Effet de la perte de poids sur les problèmes de santé


Plusieurs études ont montré une diminution rapide du diabète après une opération pour obésité et donc aussi une diminution rapide des médicaments pour le diabète. Il en est de même pour l’hypertension et son traitement et pour le cholestérol.

Une diminution du risque de cancer a aussi été démontrée.

La perte de l’excès de poids permet de se sentir mieux dans sa peau, dans les relations avec les autres. Cela a aussi été montré dans la littérature médicale.

Les carences


Une carence en vitamine ou en minéraux signifie que votre apport dans ce nutriment est insuffisant ou que votre corps absorbe celui-ci en quantité insuffisante.

Les carences les plus fréquentes concernent le fer ou les folates (ce qui peut impliquer une anémie = pas assez d'hémoglobine), la vitamine B12, la vitamine D.

Dans ces cas, un supplément vitaminé vous sera prescrit avec contrôle plus rapproché de la prise de sang.

Quelques conseils (valables pour nous tous…)


  • Apprendre à manger lentement, dans un environnement serein (si possible),
  • Ne pas avaler « tout rond » mais bien mâcher,
  • Eviter pâtisseries, charcuteries, chips, boissons caloriques, sucre dans le café ou thé,
  • Ne pas sauter de repas (et surtout pas le petit déjeuner), prendre une collation à 10h et à 16h pour éviter de se retrouver le soir le ventre creux et dévorer tout ce qui passe,
  • Bouger (ce qui sera plus facile avec la perte de poids), pour maintenir la perte de poids. Marcher, courir, nager, prendre les escaliers plutôt que l’ascenseur. Petit à petit vos capacités physiques vont pouvoir augmenter. Notre équipe de médecine physique peut vous aider à vous remettre en route.