Complications post-opératoires liées à la chirurgie bariatrique

Toute opération chirurgicale quelle qu’elle soit comporte certains risques de complications. Celles-ci peuvent apparaître pendant ou après l’intervention. Certaines peuvent être prévenues avant l'intervention. Les chirurgiens bariatriques du Centre Namurois de l’Obésité (CNO) de la Clinique Saint-Luc à Bouge vous informent sur le sujet.  

Complications générales pouvant survenir des suites d’une chirurgie de l’obésité

Les patients opérés de chirurgie bariatrique peuvent présenter des complications d’ordre général. Nous faisons tout pour réduire ce risque au maximum.

Complications en phase opératoire

Désagréments liés à la morphologie du patient

Certains individus présentent un foie très volumineux qui gêne la vision du champ opératoire. Ce qui peut rendre l'intervention difficile. Dans cette situation, de manière exceptionnelle, la technique de laparoscopie peut être mise de côté au profit d’une incision « classique » (laparotomie) ou l'intervention peut être différée.

Pour réduire ce risque lié au volume hépatique, l'équipe du Centre Namurois de l’Obésité propose au patient un régime hyperprotéiné à suivre les deux semaines qui précèdent l’intervention chirurgicale. Ce régime a comme effet de réduire le volume hépatique et,  de facto, de minimiser le risque de changement de technique chirurgicale, voire de report de l’opération.

Saignements

Toute opération, y compris les interventions chirurgicales de type bariatrique, comporte des risques de saignements. Lorsque ceux-ci sont trop importants durant la laparoscopie (petites incisions), une cicatrice classique est parfois nécessaire. Cela arrive rarement.

Complications associées aux accolements

Il arrive chez les patients déjà opérés auparavant que les tissus soient accolés entre eux. Face à un accolement trop important, on peut être amené à procéder à une conversion de la technique laparoscopique vers son équivalent laparotomique afin de mener à bien l'intervention. Cela peut survenir lors de n'importe quelle opération abdominale chez quelqu'un qui a déjà été opéré avant, et même longtemps avant.

Le fait de réaliser régulièrement ce type d'intervention permet de réduire le risque de survenue de complication.

Complications en phase postopératoire immédiate

Embolie pulmonaire

Le surpoids du patient et l'immobilisation liée à l'opération constituent des facteurs de risque de formation d’un caillot de sang dans l’artère pulmonaire. Pour limiter ce danger, le port de bas de contention et l'administration d'héparine de bas-poids moléculaire sont effectués ainsi qu'une mobilisation précoce en post-opératoire (fauteuil puis marche).

Mauvaise cicatrisation, abcès et hématomes

D’autres désagréments peuvent survenir dans les jours qui suivent l’opération de l’obésité. Citons par exemple une mauvaise cicatrisation des sutures, l’apparition d’abcès ou d’hématomes.

Une surveillance rapprochée est mise en place afin de détecter les signes avant-coureurs de ces complications et les traiter préventivement.

Complications en phase postopératoire à long terme

La chirurgie de l’obésité - et particulièrement le bypass gastrique – peut entraîner chez le sujet opéré des carences en vitamines. Cela concerne essentiellement la vitamine D, la vitamine B12 et l’acide folique. Une prise de sang est prévue au minimum chaque année afin de détecter une carence éventuelle. Des compléments vitaminés adaptés au type de chirurgie bariatrique réalisée sont prescrits en post-opératoire.

Complications spécifiques à l’anneau périgastrique, à la sleeve gastrectomie et au bypass gastrique

Chaque opération de l’obésité est également exposée à des risques qui lui sont propres :

Complications liées à l’anneau gastrique

Sur le long terme, l’anneau périgastrique peut se déplacer à l’extérieur de l’estomac, engendrant un blocage alimentaire et des vomissements. Il peut également arriver que l’anneau traverse la paroi de l’estomac et migre en son intérieur, entraînant une infection. Face à ces complications, l’anneau peut être repositionné voire enlevé et replacé ultérieurement.

Une dilatation peut également survenir à hauteur de l’estomac et de l’œsophage, au-dessus de l’anneau, ce qui provoque reflux gastriques et vomissements. Pour éviter cela, le patient doit s’imposer une hygiène alimentaire stricte et mâcher correctement les aliments qu’il ingère, sans forcer.

Complications liées à la sleeve gastrectomie

En phase postopératoire immédiate, environ 3 % des patients peuvent présenter une fistule. Ce qui signifie qu'une partie de la suture de l'estomac n'a pas cicatrisé. Le cas échéant, nous intervenons à nouveau pour placer un drain et une prothèse dans l’estomac afin de guider une bonne cicatrisation.

Complications liées au bypass gastrique

Dans le cas d’un « court-circuit gastrique », le patient peut également présenter une fistule dans les 15 jours qui suivent l’opération ou un ulcère au niveau de la suture du petit estomac.

Étapes primordiales pour minimiser les risques de complications

Afin de minimiser les risques de complications, le CNO veille à respecter plusieurs principes :

  • Réalisation d’un bilan médical préopératoire crucial permettant de déterminer quelle chirurgie bariatrique est la plus adaptée pour le patient ;
  • Préparation préopératoire: notre équipe organise des ateliers et des consultations préopératoires (médecine, diététique, préparation kiné) afin de dispenser tous les enseignements nécessaires aux patients en termes d’équilibre alimentaire et d'attitude en postopératoire ;
  • Suivi postopératoire rapproché (à l’hôpital et après le retour à domicile) : des consultations régulières, des contrôles sanguins et un accompagnement diététique nous permettent de détecter et d’écarter au maximum les risques de complications à court, moyen et long terme.

Cette liste non-exhaustive de complications est établie à titre d'information.

Toute opération peut comporter des risques de complications éventuelles et nous nous efforçons d'en limiter le nombre et la gravité. C'est pour cela que les interventions ne sont proposées que pour les patient(e)s présentant une indication chirurgicale formellement reconnue (cf. critères INAMI) et pour lesquels l'intervention peut amener une amélioration des problèmes de santé liés au surpoids. Les patients sont clairement informés des bénéfices et risques liés à l'intervention.

Un complément d’information ou une consultation en chirurgie bariatrique ?

Contactez l’équipe pluridisciplinaire du Centre Namurois de l’Obésité de la Clinique Saint-Luc à Bouge. Notre infirmière coordinatrice se fera un plaisir de vous relayer tous les renseignements nécessaires sous les meilleurs délais.